Jean-Louis Touraine

03 Nov

Contraception des mineurs : les propos inquiétants de Madame BERRA

D'après la lecture de certains medias*, Madame Nora BERRA, Secrétaire d'Etat à la Santé, aurait récemment critiqué le système du "Pass contraception" mis en place par plusieurs conseils régionaux, dont Rhône-Alpes, qui facilite l'accès des mineurs à une consultation médicale et à la délivrance gratuite d'une contraception.

Son premier argument serait la toxicité potentielle de la pilule contraceptive, cette dernière pouvant engendrer des complications, voire, dans les cas les plus graves, des décès.


Je ne peux qu'être choqué par ce discours, s'il est avéré : les risques évoqués par Madame Berra ne constituent pas une réalité suffisante pour renoncer à diffuser la pilule contraceptive. Par ailleurs, quid de la dangerosité de rapports non protégés, de grossesses non désirées ? Car s'il y a un véritable risque sanitaire, c'est bien là qu'il se situe. Agiter une toxicité potentielle comme un chiffon rouge paraît bien maladroit quand on connaît les ravages d'une absence d'accès à la contraception pour une population.

Je tiens à rappeler que le Pass contraception prévoit une consultation médicale et non la mise à disposition libre et inconsidérée de médicaments à des mineurs. Les médecins consultés seront en capacité d'apprécier les facteurs de risques spécifiques. Notons qu'une éventuelle dangerosité du produit concerne principalement des femmes plus âgées, exposées depuis longtemps à des facteurs de risque comme le tabagisme. Par ailleurs, rappelons que la délivrance de ce Pass dans les lycées a reçu l'aval du Ministère de l'Éducation nationale.

La Secrétaire d'Etat évoque également, un autre « problème » que constitue, selon elle, l'élargissement de l'accès à la contraception aux mineurs : le recul du rôle parental dans la relation à la contraception. Cet argument dénote une totale méconnaissance des réalités de la part de Madame Berra. En effet, si les parents peuvent, et devraient, jouer un rôle crucial dans la constitution identitaire et le développement de leurs enfants, on ne compte pas les situations où ils sont opposés à leur enfant sur les questions de sexualité et de contraception, ou tout simplement où ces derniers n'osent pas leur dire la vérité.

Or, bien qu'il s'agisse de mineurs, c'est aux adolescentes de faire ce choix, qui n'est pas un choix facile, de franchir le cap de la sexualité et de se poser la question de la contraception. Bien entendu, si cette décision se fait en totale harmonie familiale c'est tant mieux, mais nous savons que ce n'est pas toujours le cas et beaucoup d'adolescents refusent d'avoir comme confidents les parents pour parler de questions intimes. Le Pass mis en place par les Régions leur permet justement de prendre cette décision, non pas seuls, mais accompagnés par des professionnels médicaux.

Plus généralement, je m'inquiète de tels propos de la part d'un membre du gouvernement, à l'heure où les droits des femmes à disposer de leur corps sont de plus en plus menacés, où la cause des femmes et ses acquis sont en sursis.

Je tiens à exprimer toute ma solidarité à celles et ceux, associations, collectifs, collectivités, qui agissent au quotidien pour défendre ces causes et je resterai vigilant afin qu'aucun discours, aucune action ne puisse remettre en cause ces avancées, si chèrement obtenues.

*Sources :

-http://www.infirmiers.com/actualites/actualites/contraception-gratuite-nora-berra.html
-http://www.humanite.fr/societe/la-pilule-serait-%C2%AB-toxique-%C2%BB-selon-nora-berra-482618
-http://veille-education.org/2011/10/28/la-secretaire-d%e2%80%99etat-a-la-sante-sopposerait-il-a-lacces-anonyme-et-gratuit-a-la-contraception-generalise-pour-les-mineures/

 

bt-fil-blancbt facebookbt dailymotionbt flickrbt feedbt-fil-blanc

2013 © Jean-Louis Touraine. Tous droits réservés.