Jean-Louis Touraine

14 Jui

Reste à charge zéro : une réforme de justice sociale plus que nécessaire !

En matière de santé, le reste à charge pour les patients est aujourd’hui trop important, essentiellement pour les soins optiques, dentaires et auditifs, qui sont essentiels pour tous les Français. Ainsi, sur les prothèses dentaires, le reste à charge s’élève à 43%, ou encore à 53% sur les aides auditives.

De trop nombreux Français renoncent de fait à ces soins, ce qui amplifie alors les difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien. Par exemple, seuls 35% des 3 millions de Français qui ont besoin d'être équipés de prothèses auditives en bénéficient effectivement.

Emmanuel Macron s’était engagé à traiter ce problème dans un objectif de renforcement des politiques de prévention et de lutte contre les inégalités d’accès aux soins. Un an après son élection, le reste à charge zéro va se mettre en place, en concertation avec les branches, pour une mise en œuvre totalement effective dès 2021.

Quelques exemples très concrets de ce qui va changer pour les Français :

- Pour les appareillages auditifs, on estime que le reste à charge s’élève à 1300 euros ; il ne sera plus que de 800 euros en 2020 et de 0 euro en 2021

- Pour les équipements optiques, l’objectif est de créer une offre pour permettre d’accéder à des lunettes de qualité avec un reste à charge nul

- Sur les soins dentaires, cette réforme permettra d’arriver à la pose d’une couronne en céramique à 0 euro dès 2020 contre une moyenne actuelle de 195 euros

Les professionnels de santé de ces trois secteurs et les complémentaires santé, principaux partenaires de cette réforme menée dans le dialogue, s’engagent ainsi à agir dans l’intérêt des patients avec des soins de qualité identique à ceux exercés aujourd’hui.

En complément, le gouvernement s’est engagé à améliorer la prévention sur ces trois secteurs, car des pathologies détectées rapidement pourront être traitées en amont, avec un coût réduit des soins et des difficultés moins importantes pour les patients.

En optique notamment, cela se concrétise par un plan de prévention concentré sur les enfants de moins de six ans et de nouvelles consultations dédiées aux jeunes de 8-9 ans, 11-13 ans et 15-16 ans, prises en charge à 100% par la Sécurité Sociale.

Autre mesure importante en matière de prothèses auditives, qui permettra de lutter contre un renoncement aux soins trop élevé, le reste à charge zéro s’accompagnera d’un plan de prévention à destination des séniors, pour qui les difficultés d’audition entraînent généralement une désocialisation et un isolement particulièrement terribles.

Dernière modification le vendredi, 15 juin 2018 11:23

bt-fil-blancbt facebookbt dailymotionbt flickrbt feedbt-fil-blanc

2013 © Jean-Louis Touraine. Tous droits réservés.