Jean-Louis Touraine

22 Nov

Sécurité sociale: vers un équilibre en 2017

Depuis 2012, le déficit de la sécurité sociale se résorbe. Pour la première fois, depuis 2001, le régime général de la sécurité sociale sera à l’équilibre en 2017. C’est une très grande victoire pour  toutes celles et tous ceux qui sont attachés à notre modèle de protection sociale et se battent pour l’égalité d’accès aux soins.

 

Pourtant, nous revenons de loin. Il y a cinq ans, la gauche s’est retrouvée face à un déficit record de 17,5 milliards d’euros. Le rétablissement de nos comptes traduit le bien-fondé des choix politiques que nous avons effectués. En effet, si des économies ont été réalisées, elles ne se sont jamais accompagnées d’un démantèlement des droits sociaux, d’une remise en cause du caractère solidaire de notre système de protection sociale ou encore de déremboursements et de franchises. Mieux encore, nous avons adopté de nouveaux droits, tels le tiers payant généralisé, l’action de groupe en santé, le droit à l’oubli pour les anciens malades de cancer, l’amélioration de l’accès à l’IVG et à la contraception, le compte pénibilité ou encore la création d’une protection universelle maladie.

De même, le reste à charge des Français diminue. Pour la 4ème année consécutive, la part des dépenses de santé supportée par les ménages a reculé atteignant un niveau historiquement bas. Cette baisse est une preuve supplémentaire des bienfaits de la politique de santé menée par la gauche au pouvoir.

Ce rééquilibrage des comptes se double d’une meilleure prise en charge des ménages les plus modestes. 600 000 personnes supplémentaires bénéficient de la CMU-C et de l’Aide à une complémentaire santé. Pour une famille avec deux enfants, cela correspond à 600 euros de plus par an. Les franchises médicales, créées par la droite, ont été supprimées pour 1,2 million de personnes précaires. Tous les salariés disposent désormais d’une complémentaire santé et les retraités ont accès à des contrats moins chers. Les tarifs sociaux pour les lunettes, les prothèses dentaires et auditives ont également été étendus à 1 million de foyers supplémentaires.

Toutes ces avancées n’empêchent évidemment pas qu’il persiste un malaise à l’hôpital public, en particulier chez les infirmiers et les aides-soignants. Les conditions de travail doivent être la priorité de notre action.

Néanmoins, ce que la droite nous promet ne permettra pas d’aboutir à une amélioration des conditions d’exercice du personnel hospitalier ou de l’accès aux soins. Pêle-mêle, elle propose 6 à 20 milliards d’euros de déremboursements de soins, la privatisation galopante de notre protection sociale, le recul de l’âge de départ à la retraite et la suppression du tiers payant généralisé. Avec de telles mesures, la situation s’empirera.

A l’inverse, nous défendons un égal accès à la santé pour tous et une politique humaniste et solidaire envers les publics les plus fragiles.

Dernière modification le mardi, 22 novembre 2016 12:53

bt-fil-blancbt facebookbt dailymotionbt flickrbt feedbt-fil-blanc

2013 © Jean-Louis Touraine. Tous droits réservés.