Jean-Louis Touraine

11 Juil

Loi d’adaptation de la société au vieillissement : une loi d’humanité pour nos seniors

Avec le vieillissement de la population et l’allongement de la durée de vie, notre société est confrontée au problème de la dépendance. Dans ce contexte, nous devons l’adapter à ce phénomène en soutenant le secteur de l’aide à domicile et en accompagnant les départements et les métropoles.

La loi d’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015, co-construite avec l’ensemble des acteurs du vieillissement, est porteuse d’avancées concrètes pour de nombreuses familles concernées par le vieillissement d’un proche. Alors qu’un tiers des Français auront plus de 60 ans en 2060, elle permet d’anticiper la perte d’autonomie, d’adapter nos politiques publiques au vieillissement, et de mieux accompagner les personnes dépendantes.

 

Tout d’abord, cette loi améliore le pouvoir d’achat des bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA). 1,25 million de personnes y ont accès, dont 60% à domicile. De nos jours, les personnes âgées aspirent à rester le plus longtemps possible chez eux. C’est pourquoi il était nécessaire de réformer cet outil afin de mieux prendre en compte les besoins des personnes fragilisées par l’âge et la maladie. Ainsi, l’APA à domicile a été revalorisée pour les personnes les plus dépendantes. Cette revalorisation peut aller jusqu’à 1 800 euros par an, ce qui est loin d’être négligeable. La participation financière à la charge des personnes âgées a également été réduite pour la quasi-totalité des familles.

En outre, le Gouvernement soutient le secteur de l’aide à domicile avec la création, dès 2012, d’un fonds de restructuration de l’aide à domicile. Ainsi, entre 2012 et 2014, 1 600 structures ont bénéficié d’une aide financière pour un montant global de 130 millions d’euros. Ce fonds sera alimenté de 25 millions d’euros supplémentaires cette année. La loi du 28 décembre 2015 comprend un certain nombre d’autres mesures de soutien et de modernisation du secteur avec notamment la revalorisation des salaires de cette branche ainsi que l’unification et la simplification du régime juridique des services d’aide à domicile.

Enfin, la loi reconnaît l’action des « proches-aidants » avec la création d’un droit au répit. Concrètement, il s’agit d’une aide, pouvant s’élever jusqu’à 500 euros et par aidé, qui permet de financer, par exemple, une semaine d’hébergement temporaire ou un renforcement de l’aide à domicile d’environ 25 heures supplémentaires. Cela permet, en contrepartie, d’offrir du repos aux aidants. Environ 400 000 aidants seront concernés par ce droit nouveau.

La Métropole de Lyon est la collectivité locale chargée du versement de l’APA et de l’agrément des services d’aide à domicile. Ainsi, au titre de la réforme de l’APA, la Métropole de Lyon a reçu de l’Etat plus de 18 millions d’euros supplémentaires pour financer ces diverses mesures.

Dernière modification le jeudi, 21 juillet 2016 17:02
 

bt-fil-blancbt facebookbt dailymotionbt flickrbt feedbt-fil-blanc

2013 © Jean-Louis Touraine. Tous droits réservés.