Logo
Imprimer cette page
15 Mai

Une année d’échecs, un peuple déçu

Je me bats contre la politique de Nicolas Sarkozy depuis presqu'un an. Une politique qui a diminué le pouvoir d'achat des personnes les plus défavorisées au profit des plus riches, qui a vidé les caisses des finances publiques, et qui a compromis l'image de la France sur le plan mondial. Voici quelques exemples :

Un paquet fiscal de quinze milliards d'euros, bénéficiant aux personnes les plus nanties de notre société.

Un faible taux de croissance de 2,1%, tandis que les prix des produits alimentaires de base ont augmenté énormément, tels que les produits laitiers dont le prix s'est accru de 40%.

Les franchises médicales et les déremboursements de certains médicaments, qui pénalisent les malades, touchant plus sévèrement les foyers modestes, les personnes âgées et les malades chroniques. Je me suis opposé à ces projets de loi, intervenant en séance afin de dénoncer les franchises médicales comme une taxe sur les malades.

Le revenu de solidarité active, proposé afin de compléter les salaires des personnes aux revenus modestes, perdra la moitié de ses 3 milliards d'euros de moyens financiers, dont le reste sera imputé sur la prime pour l'emploi, faisant payer des personnes pauvres pour soutenir d'autres gens défavorisés.

Une baisse du niveau des allocations familiales, qui prive chaque famille concernée de presque 600 euros.

L'envoi prévu de troupes supplémentaires en Afghanistan sans formuler une nouvelle stratégie militaire avec nos alliés afin d'assurer la sécurité de nos soldats.

Une indécision et des tergiversations vis-à-vis de la répression du peuple tibétain et des manifestations lors du passage de la flamme olympique à Paris, nuisant à la réputation du pays des Droits de l'Homme.

La conduite à la frontière de 24 000 sans-papiers en 2007 tandis que le nombre de morts causés par cette pratique augmente.

Aucune progression en ce qui concerne les retraites. La proposition d'un allongement de la durée de cotisation n'est pas suffisante pour résoudre le problème et ignore d'autres possibilités, telles que des cotisations sur les stock-options et les parachutes dorés aussi bien que la prise en compte de la pénibilité de travail des seniors et de la différence d'espérance de vie selon les catégories sociales.

Afin que la France sorte de la stagnation économique et de la crise de solidarité qu'elle connaît en ce moment, je continuerai à me battre afin de défendre les intérêts des Français.