Logo
Imprimer cette page
14 Avr

La semaine dernière, le groupe socialiste a dû s'opposer à plusieurs décisions, prises par un Président et un gouvernement qui refusent d'entendre le mécontentement d'un grand nombre de Français et qui mettent en péril la réputation internationale de la France ainsi que les droits et la sécurité de ses citoyens.

Le lundi 7 avril, la flamme olympique des Jeux de Pékin est passée devant l'Assemblée Nationale. Malgré notre regret de voir des athlètes français se faire huer et la flamme olympique entourée par les services de sécurité, nous avons jugé impératif de soulever la question de la répression du peuple tibétain et des dissidents chinois. Le président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, M. Jean-Marc Ayrault, a demandé à Monsieur Bernard Accoyer, Président de l'Assemblée Nationale, de mettre le drapeau tibétain sur le fronton du Palais Bourbon lors du passage de la flamme, afin d'affirmer le soutien au peuple tibétain des citoyens du pays des droits de l'Homme. M. Accoyer a refusé cette proposition, provoquant l'initiative socialiste de suspendre les travaux parlementaires et de déployer une banderole au fronton de l'Assemblée en exigeant le « respect des droits de l'Homme en Chine » lors du passage de la flamme.

Le mardi 8 avril, j'ai soutenu la première motion de censure contre le gouvernement Fillon. Il s'agissait pour les Socialistes de dénoncer l'envoi d'un millier de militaires français supplémentaires en Afghanistan dans des conditions actuellement médiocres. Il convenait aussi d'exprimer l'inquiétude que suscite un atlantisme sans nuance, avec retour programmé de la France dans le gouvernement intégré de l'OTAN. Ces deux décisions avaient été annoncées la semaine précédente depuis l'étranger par le Président de la République, en ne donnant pas au Parlement français la possibilité de voter sur ces grands changements de politique étrangère. M. François Hollande, le Premier Secrétaire du PS, a dénoncé la nouvelle stratégie en Afghanistan, en particulier le renfort de troupes et l'affrontement potentiel avec les Talibans à l'Est et au Sud du pays. Il a demandé une évaluation de la situation actuelle (les Talibans contrôlent actuellement une large partie du territoire), avant d'envoyer encore plus de soldats. Lors de la motion de censure, nous avons évoqué notre crainte d'une perte d'indépendance militaire suite à la réintégration de la France à l'OTAN. N'étant pas majoritaire à l'Assemblée Nationale, nous n'avons bien sûr pas réussi à censurer le gouvernement. Pourtant, nous avons fait entendre la voix des millions de Français qui se méfient de la nouvelle politique étrangère du Président.

Le groupe PS s'est opposé aussi, le mardi 8 avril, au projet de loi sur les OGM, en demandant un moratoire pour protéger les productions agricoles sans OGM. La nécessité d'un moratoire a été soulignée par les désaccords entre les membres du gouvernement sur ce sujet. Il est inconséquent de développer une politique qui écarte les conclusions du Grenelle de l'Environnement. Le principe de précaution et la prévention d'une contamination généralisée par les OGM devrait imposer de réserver ce type de culture à des lieux restreints, contrôlés, clos et dans des programmes de recherche dûment établis.