Logo
Imprimer cette page
24 Oct

La première partie du Projet de Loi de Finances (PLF) vient d'être votée par l'Assemblée nationale. Elle a été adoptée par 339 voix contre 221. J'ai pour ma part voté contre ce texte, qui met en place des mesures profondément inégalitaires, et qui va à l'encontre du modèle français de l'Etat-providence.

De plus, en ces instants de discussions sur le pouvoir d'achat des Français, il est important de voir que le nombre d'heures supplémentaires n'augmente pas avec ce PLF. Qu'est ce que cela signifie ? Que la majorité abandonne purement et simplement sa promesse de hausse du pouvoir d'achat. Alors que le candidat Nicolas Sarkozy annonçait il y a quelques mois à peine une hausse des salaires par l'augmentation des heures supplémentaires payées, le gouvernement nous donne ici la preuve de l'hypocrisie de cette promesse.

Si je n'ai pas voté ce budget, c'est parce qu'il prépare la fin de la solidarité nationale, l'individualisation de la protection sociale et le désengagement de l'Etat. Ce ne sont pas mes valeurs et je ne pouvais donc pas voter en faveur de ce texte.

Par la suite, j'ai également participé au vote sur le projet de loi de maitrise de l'immigration, dont j'ai déjà parlé sur ce blog. Comme vous vous en doutez, j'ai également voté contre, comme 234 de mes collègues. Non seulement en raison de ce scandaleux article sur les tests ADN, mais aussi pour l'esprit dans lequel la majorité a voté ce texte. Je ne veux pas vivre dans un pays qui exprime une méfiance vis-à-vis des étrangers. L'esprit d'une France terre d'accueil, pays des Droits de l'Homme, doit être défendu.

Alors bien sûr, j'ai voté contre ce texte, mais cela ne signifie pas une simple opposition de ma part, je veux vous dire que je suis un député d'action, de proposition. En cela, je pense qu'il ne faut pas durcir les conditions de regroupement familial, nous ne devons en effet pas ignorer que la famille est le premier facteur d'intégration. Remettre en cause cette mesure comme cela est fait avec les tests ADN revient à vouloir supprimer un moyen d'intégration qui a fait ses preuves, et surtout à admettre un modèle familial qui n'est pas le nôtre aujourd'hui.