Logo
Imprimer cette page
22 Juil

Zoom sur l’Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST)

Dès le début de cette nouvelle législature, au moment où chaque député doit choisir les commissions et les groupes d'études auquel il souhaite appartenir, j'ai choisi de continuer de m'impliquer au sein de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

L'OPECST est chargé de préparer les grandes orientations de la politique scientifique et technologique et d'informer le Parlement sur les conséquences et la portée de la politique et des projets gouvernementaux sur des sujets parfois techniques. Composé à moitié de députés et à moitié de sénateurs, assisté par des personnalités scientifiques et l'Office constitue une sorte d'intermédiaire entre le monde politique et le monde la recherche.

En effet, si la mission première des députés est de voter la loi et de contrôler l'action du gouvernement, on évoque moins souvent le travail d'évaluation et de réflexion sur les politiques publiques qui est également mené par les parlementaires.

Parce que la science et les évolutions techniques constituent une source de progrès, mais aussi d'inquiétudes pour nombre de citoyens, il est nécessaire que les représentants de la Nation suivent cette question de près et anticipent le progrès technologique et ses conséquences.

Concrètement, les membres de l'Office procèdent à des évaluations et à des auditions, rédigent des rapports autour de sujets aussi divers que la politique de recherche et d'innovation, la politique énergique, l'environnement, les nouvelles technologies, les sciences de la vie, la bioéthique, la santé, et les biotechnologies...

Par exemple, suite au drame de Fukushima, l'OPECST s'est vu confié par l'Assemblée Nationale une mission particulièrement importante sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir.

Après avoir eu la chance de travailler au sein de l'Office sur la bioéthique, sur l'expérimentation animale et plus récemment les maladies rares, j'espère pouvoir ces prochaines années poursuivre un travail aussi fructueux qu'intéressant.

Dernière modification le mercredi, 12 décembre 2012 16:16